Mieux isoler sa maison pour consommer intelligemment et maîtriser les coûts énergétiques

L’isolation thermique permet à la fois de réduire vos consommations d’énergie de chauffage et /ou de climatisation et d’accroître votre confort. Mais ce n’est pas tout : l’isolation est également bénéfique pour l’environnement car, en réduisant les consommations, elle permet de préserver les ressources énergétiques et de limiter les émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, l’isolation thermique est intéressante en termes de protection de l’environnement, de confort et d’économies financières.
Pour améliorer les performances énergétiques du bâti, Rénovéa s’attache à l’isolation de l’ensemble de l’enveloppe : isolation des murs, isolation des combles et des sols

Isoler le toit de sa maison

L’isolation des toitures est la plus bénéfique et c’est la priorité à réaliser car le potentiel d’économies d’énergie est très élevé. Généralement c’est la partie la plus simple à traiter. En effet, l’air chaud, plus léger, s’élève naturellement et vient en grande partie se loger sous les toits.

Dans les combles perdus, deux possibilités :

  • Isolation sur le plancher : L’isolant est disposé sur le plancher, en une ou deux couches, selon les cas. Les produits peuvent être : les laines minérales (de verre ou de roche) en rouleaux ou en panneaux, surfacés ou non d’un pare-vapeur ; la laine minérale en vrac qui est soufflée à l’aide d’un appareillage approprié ; les isolants en panneaux (polystyrène expansé, polystyrène extrudé, polyuréthane) disposés bord à bord sur le plancher.
  • Isolation entre les solives : Les mêmes matériaux que pour l’isolation sur le plancher sont prescrits et sont disposés entre les solives. On prescrira une couche entre solive de l’épaisseur de celle-ci et une seconde couche perpendiculaire pour assurer une bonne continuité thermique. Accès dans les combles : il ne faut pas circuler sur l’isolant. Si cela s’avère nécessaire (maintenance), il faut prévoir un chemin de circulation en panneaux de bois fixés sur des lambourdes perpendiculaires aux solives, selon les règles de l’art.

Dans les combles habitables/aménageables deux techniques d’isolation existent :

  • L’isolation sous rampants, avec parement de finition (plâtre, bois). La pose de l’isolant peut être effectuée en une seule couche sous la charpente ou en deux couches : la première entre les chevrons, la seconde sous les chevrons. La ventilation de la couverture est indispensable. Il faut ménager une lame d’air d’au moins 3 cm entre l’isolant et la couverture, sur toute la sous-face de la toiture. Celle-ci doit être portée à 6 cm en cas de couverture étanche à l’air (tôle, zinc) et doit être ventilée.
  • L’isolation sur toiture, réalisée au moyen de panneaux de toiture porteurs qui comprennent le support ventilé de couverture, l’isolation et le cas échéant le parement de sous-face. Cette technique augmente le volume habitable, assure une isolation continue et durable, préserve la charpente des variations de température et d’humidité et garantit la ventilation de la couverture. Lorsqu’un pare-vapeur est nécessaire, il doit être impérativement placé du côté chaud, c’est à dire côté intérieur au logement. Ce pare-vapeur peut être indépendant ou associé à l’isolant.

Isoler ses murs et ses fenêtres

La performance thermique d’une paroi vitrée dépend de la nature de la menuiserie, des performances du vitrage et de la qualité de la mise en œuvre de la fenêtre. Mais la nature des fermetures (volets, persiennes) intervient également. En effet, elles peuvent réduire les déperditions, particulièrement la nuit. Enfin, les protections sont très efficaces pour limiter la température intérieure en été.

La qualité de la fenêtre
Les fenêtres modernes sont toutes munies de garnitures d’étanchéité qui leur confèrent d’excellentes performances en terme de perméabilité à l’air et d’étanchéité à l’eau. Des solutions performantes existent en menuiseries bois, PVC, et aluminium à rupture de pont thermique. Les menuiseries en aluminium sans rupture de pont thermique sont à proscrire en raison de la forte conductivité thermique de ce matériau (source de déperditions thermiques et d’inconfort). L’amélioration de l’étanchéité à l’air d’un logement permet de supprimer les courants d’air mais nécessite la mise en place d’une ventilation contrôlée, capable de faire « respirer » votre logement. Grâce à cette ventilation, vous réduirez les risques de condensation, d’odeurs et vous bénéficierez d’une bonne qualité de l’air. Une ventilation bien faite est une arme efficace : elle met votre maison à l’abri de l’humidité, source de corrosion des équipements, de décollement des papiers peints, de développement des moisissures.

Vos menuiseries ne sont pas en bon état : le remplacement des fenêtres s’impose. Il doit être réalisé par des professionnels qualifiés, car il nécessite un véritable savoir-faire afin d’éviter tous dégâts occasionnés par des défauts d’étanchéité.

Isolation des murs
Pour effectuer l’isolation des murs en rénovation, un diagnostic au cas par cas est indispensable pour choisir la solution d’isolation la plus appropriée. Il tiendra compte de la nature des parois (maison à ossature bois, colombages, murs à remplissage, toiture en chaume). L’isolation thermique ne doit pas entraîner de désordres ni de dégradation des parois, dus à un choix d’isolation inadaptée. Une bonne isolation va de pair avec une bonne ventilation.

Deux possibilités d’isolation des murs :
L’isolation des murs par l’intérieur : Elle est intéressante lorsque le ravalement extérieur est en bon état.
L’isolation des murs par l’extérieur : L’isolation par l’extérieur est la meilleure lorsque les enduits extérieurs sont défectueux. Elle permet de faire deux opérations en même temps : l’isolation et le ravalement.

Adopter un système de chauffage plus économique

L’erreur à ne surtout pas faire est de commencer par rénover votre chauffage avant d’avoir bien isolé votre habitation. La tentation de vous équiper d’un matériel puissant (donc plus coûteux) pour chauffer suffisamment sera plus grande. Il sera surdimensionné une fois le logement isolé et deviendra obsolète, ce qui accélère l’usure du matériel, dégrade son efficacité, accroît sa consommation d’énergie et ses émissions de polluants.

Dans la mesure du possible il est conseiller de faire le choix des énergies renouvelables, elles sont privilégiées dans la rénovation basse consommation d’énergie. Économiques à l’usage, elles ont également des avantages écologiques : elles ne contribuent pas à amplifier l’effet de serre et se reconstituent. Exemple : Le chauffage au bois, le solaire thermique, les pompes à chaleur…
Il est important de bien piloter son installation, la régulation et la programmation permettent de fournir la température qu’il faut, quand il faut et où il faut. Elles améliorent le confort et diminuent la consommation d’énergie de 10 à 25% quand elles sont bien employées. Ce sont des équipements indispensables pour que votre chauffage fonctionne au meilleur coût et sans gaspillage. La régulation maintient la température ambiante à une valeur choisie, la température de consigne, en agissant sur l’installation de chauffage grâce à un thermostat d’ambiance et/ou une sonde extérieure. La régulation du chauffage peut être complétée par la pose de robinets thermostatiques sur les radiateurs de certaines pièces : ils permettent d’y choisir la température ambiante en fonction de l’usage (chambre, bureau…) et de prendre en compte des apports gratuits de chaleur (soleil…). La programmation complète la régulation : elle permet de faire varier la température de consigne en fonction du moment de la journée (jour/nuit, présence/absence) ou de la semaine. Chauffage et eau chaude, confort et économie. La programmation et la régulation peuvent être pilotées conjointement grâce à un thermostat d’ambiance programmable ou horloge de programmation.

Crédits d’impôts disponibles

Pour financer vos travaux de rénovation, vous pouvez faire appel à divers types d’incitations financières, mobilisables lors de l’amélioration énergétique d’un logement : aides fiscales, subventions, prêts dédiés aux économies d’énergie…

  • Le crédit d’impôt développement durable pour les travaux d’amélioration de votre système de chauffage, d’isolation, de production d’énergie, sous certaines conditions. Il peut être majoré en cas de réalisation de travaux simultanés ;
  • L’éco-prêt à taux zéro pour financer vos travaux sans faire d’avance de trésorerie et sans payer d’intérêts. Il peut être cumulé avec le crédit d’impôt, sous conditions de ressources ;
  • La TVA à taux réduit (7%) sur certains travaux facturés par les professionnels ;
  • Des aides des collectivités territoriales, des entreprises de distribution d’énergie ou de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) sous conditions de ressources ;
  • Des prêts spécifiques pour soutenir votre effort d’investissement ;
  • Les prêts d’accession sociale, les prêts à l’amélioration de l’habitat (CAF) et d’autres prêts des distributeurs d’énergie, des professions du chauffage et de l’isolation ou encore des collectivités territoriales.
Je souhaite refaire l’isolation de mon habitat

Réalisations d’isolations